Le commerce des lunettes solaires contrefaites est florissant en Algérie. Dans les rues commerçantes de nos villes où pullulent des vendeurs de tout acabit, dont un bon nombre est d’origine africaine, le phénomène ne semble inquiéter personne, bien au contraire ! Pourtant, les spécialistes en ophtalmologie sont unanimes : la plupart de ces lunettes présentent un sérieux risque de lésion sur la rétine.

Pour beaucoup de ces commerçants de lunettes contrefaites, pas question de changer de métier ! Abama, ressortissant burkinabé installé à Belouizdad (Alger), nous con e que son commerce se porte vraiment bien : «J’exerce cette activité depuis une bonne dizaine d’années. Je n’ai d’ailleurs jamais envisagé de changer de métier. La demande ne fait que croître et j’arrive aisément à écouler ma marchandise», dit-il. Les importateurs qui inondent le marché de ces produits contrefaits portant la griffe des marques les plus prestigieuses ne se soucient aucunement de la santé des consommatrices et des consommateurs qui se ruent quotidiennement sur les échoppes et les étals de «lunetterie». Grâce à un «réseau de distribution», quali é comme étant des plus performants du pays et assuré, en partie, par l’immigration clandestine, la lunetterie contrefaite de soleil a encore de beaux jours devant elle. En dépit des mises en garde des médecins ophtalmologistes, nos concitoyens n’ont d’yeux que pour ces fausses

griffes qui ont pour nom : «Dolce & Gabana», «Fred», «Chanel», «Lozza» ou «Ray-Ban»… Alors que le prix d’une authentique paire griffée tourne autour de 15 000 DA, la fausse paire de lunettes, elle, se négocie entre 200 et 300 DA. Du coup, la bousculade devant le commerçant ambulant de lunettes contrefaites est permanente. «J’ai décidé aujourd’hui d’acheter deux paires de modèles différents. Cela ne me coûte que 400 DA, c’est mille fois rien», nous lance, rieuse, Yasmine, 26 ans, rencontrée à la rue Hassiba Ben Bouali alors qu’elle essayait une fausse paire Chanel. Tout en se regardant dans la glace, notre interlocutrice nous con e qu’en tant que commerciale chez un concessionnaire d’engins de travaux publics, avec un salaire de 30 000 DA, elle se devait de se permettre des «folies». «Je consacre mensuellement plus de deux tiers de mon salaire pour mon bien-être personnel. Et pour boucler la boucle, il me faut donc des lunettes de soleil, quitte à les mettre comme des serre-têtes», ajoute Yasmine en ricanant. Interpellée sur la dangerosité de ces produits, cette

jeune lle de Bab El Oued dit ne pas trop accorder d’importance aux conseils des médecins. «C’est vrai que les ophtalmologistes déconseillent fortement d’utiliser ces lunettes, mais que voulez-vous qu’on y fasse ? On sait très bien que des lunettes griffées vendues dans des boutiques franchisées se négocient jusqu’à 2 millions de centimes. C’est trop cher !», se justi e- t-elle. De son côté, Lynda, 30 ans, trouve que la balle est plutôt dans le camp des autorités. «Arrêtons donc d’ameuter le monde, en dressant un tableau apocalyptique sur de supposées lunettes qui esquinteraient la rétine», martèle-t-elle, tout en rangeant dans son sac une paire de lunettes qu’elle venait d’acheter pour 200 DA chez un Africain à la Place du 1er Mai. Et d’enchaîner : «Si on veut vraiment du bien aux consommatrices, commençons d’abord à interdire la vente de ces produits sur la voie publique».

L’avis des spécialistes ?

Dr Mokhtar Bengherbi, ophtalmologiste, Place du 1er Mai

«Les lunettes solaires sont dangereuses pour la vue. Non ltrantes, elles laissent passer les rayons ultraviolets (UV). Ce qui peut porter un sérieux préjudice à la rétine.»

Dr Mehdi Brouri, exerçant à l’hôpital Mustapha-Bacha d’Alger

«Le vrai danger réside dans le port des lunettes de soleil contrefaites. Leur port favorise la dilatation de
la pupille sous la lumière assombrie par le verre, favorisant ainsi une pénétration dangereuse des UV dans l’œil.»

Lunettes solaires contrefaites entre frime bon marché et danger sur la rétine

| Santé | 0 Comments
About The Author
-

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>