Vous souhaitez surprendre vos invités lors de l’annonce de votre mariage ? Ce qui suit va sûrement vous intéresser.

Les professionnels, tout comme les futurs mariés, rivalisent d’imagination pour créer des cartes d’invitation toujours plus insolites. Oubliez le simple carton d’invitation et son enveloppe… et optez pour la nouveauté.

Traditions… Oh, belles traditions !

Jadis, la tradition de l’invitation aux cérémonies de mariage était une habitude jalousement conservée par nos mères et grands-mères puisqu’elles représentaient à elles seules une véritable coutume. Dans les régions du nord du pays, par exemple, les familles faisaient appel à une femme spécialisée dans les invitations, qu’on appelait «tsadnia». Elle est native de la ville, âgée, respectée et connaît toutes les familles. Quelques jours avant le jour J, on l’habille de beaux habits et d’un haïk, la parfume et l’informe des noms des familles à inviter. Arrivée chez les

futurs convives, elle s’installe quelques minutes et leur fait part de l’invitation. À sa sortie, on lui offre du sucre ou de la con ture.

Cette tradition existe toujours dans certaines familles, mais depuis le début des années 1990, elle a laissé place aux fameuses cartes d’invitation. Une enveloppe aux motifs oraux où le nom de la famille, la date, l’ heure et le lieu de la cérémonie y sont inscrits.

L’époque de cette petite enveloppe blanche ou violette, sur laquelle est dessiné un couple de mariés, entouré de eurs colorées, est révolue. Elle a fait place à des contenants de plus en plus originaux et volumineux. Le faire-part n’est plus un simple carton d’invitation rangé dans une enveloppe, mais il devient un véritable évènement qui se met en scène dans divers écrins.

Un marché juteux

Le marché algérien regorge de modèles. Les créateurs laissent libre cours à leur imagination et s’inspirent des dernières tendances du design, de la mode et de la décoration.
Les boutiques spécialisées offrent un grand éventail de choix à tous les prix. Et pour dénicher la bonne carte d’invitation,

les futurs mariés préfèrent aller avec leurs parents. Face à cette multitude de spécimens, le choix n’est pas facile et le dernier mot revient, bien sûr, au porte -feuille et à la future mariée. Dans ces boutiques spécialisées on trouve les tous premiers modèles introduits en Algérie dans les années 1990, fabriqués en Chine et qui coûtent actuellement 18 DA. Ces cartes aux couleurs démodées n’attirent plus beaucoup de monde, puisque le choix est plus ample et le client y trouve son compte du point de vue rapport qualité-prix. Selon Mohamed, gérant d’un magasin spécialisé en vente de toutes sortes d’articles pour fêtes : «Depuis 7 ans, les familles et les futurs mariés qui viennent choisir leurs cartes d’invitation sont toujours en quête des dernières tendances disponibles sur le marché. Ces deux dernières années, les cartons d’invitation en forme carrée ou rectangulaire, avec un fond de couleur beige et fabriqués partiellement en bois brodé, ont la côte.» Ils sont importés principalement de Syrie et leurs prix varient entre 150 DA et 230DA. Cependant, il ajoute que «pour les bourses moyennes, il existe une dizaine de modèle «classiques et raf nés» – très recherchés – pas chers et originaux, aux graphismes novateurs qui coûtent entre 40 et 150 DA l’unité». Ils sont importés de Chine ou d’Indonésie.

Dans un autre rayon du magasin, les clients se ruent vers un tout autre modèle de cartes. Des cartons élaborés avec des couleurs vives et chatoyantes, audacieux et lumineux. Des modèle chics, rafinés, parfois évanescents, d’où émane un bel esprit esthétique. Ces cartes au design occidental,importées d’Espagne coûtent entre 230 DA et 350 DA l’unité. Fatima, venue avec sa mère, va se marier dans un mois. «Je n’ai pas lésiné sur les moyens pour choisir la carte d’invitation de mon mariage, et c’est les ravissants

détails dans la créativité de certaines cartes qui ont fait la différence», nous con e-t-elle.
«Le nombre de cartes commandées varie généralement entre 250 et 300 cartes d’invitation et le temps de préparation de ces commandes ne dépasse pas les 5 jours», nous dit Mohamed.
Certaines cartes sont accompagnées de boîtes pour les gâteaux, de serviettes et de bibelots pour les dragées.
Notre interlocuteur ajoute que «ces dernières années, les familles plutôt aisées choisissent les cartes d’invitation et les boîtes, selon le décor de la salle où se déroulera la cérémonie du mariage». Une sorte d’avant-goût, pour les convives, des couleurs de la fête. Il nous affirme que maintenant, lui aussi suit cette tendance. Ses cartes sont généralement rouges, bordeaux, roses ou blanches. Elles sont imprimées au choix sur différents papiers de création (vernis, irisés, texturés, couchés).

Des cartes inspirées de la Toile

Sur Internet, des sites proposent des cartes d’invitation personnalisées, mais cette pratique ne se fait pas encore chez nous.
Mais sachez que des ateliers de fabrication de cartes d’invitation se mettent au diapason et créent leurs  propres modèles. Des modèles alliant une belle allure, sur un support haut de gamme. Un commerce lucratif qui fait ses balbutiements. En outre, les investisseurs qui ne possèdent pas encore d’ateliers, doivent se déplacer jusqu’au pays de fabrication pour faire leurs commandes et choisir les modèles disponibles. C’est en Chine, le 1er fournisseur de cartons d’invitation en Algérie, que les commerçants vont faire leurs marchés et découvrir la dernière mode. Ils font le voyage généralement au mois de janvier de chaque année. La commande arrive en Algérie environ 6 mois plus tard, coïncidant ainsi avec la période propice aux fêtes de mariage.

Cartes d’invitation, révolutionnaires et flashes… Place à l’originalité !

| Mariage | 0 Comments
About The Author
-

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>